Navigating Loss and Damage

#156
Year: 
2020
Recipient: 
Quinn Howard
Amount: 
$2,000

S/1. Navigating Loss and Damage: creating space for ecological grief in the participatory climate adaptation planning process , Quinn Howard, candidat à la MAP, Université de Guelph / Bourse : 2000 $

The Canadian climate landscape is changing. Warming at nearly twice the global rate, annual average temperature across the Canadian landmass has increased by roughly 1.7° C, causing widespread and cascading impacts on both natural and human systems. With effects of warming expected to intensify over time, the forces of climate change will lead to significant loss, damage and disruption over the next 20 years, particularly in northern latitudes and coastal communities. These losses will not be neutral experiences and have emotional consequences for communities where they occur. 

In Canada the negotiation of these losses will happen most tangibly through the adaptation planning and design processes, placing landscape professionals directly in the face of this work and its entangled emotions. This research responds directly to this emerging paradigm by integrating concepts from the ecological grief literature into the climate adaptation planning process. Using document analysis and a focused literature review, two bodies of literature - adaptation planning and ecological grief - are analyzed. Then, using a soft systems methodology and VUE conceptual modeling software a rich picture of the grief-centric adaptation planning process is developed. This picture is then further developed into a toolkit for practitioners, beginning the work of integrating ecological grief into the adaptation planning process. Beyond this, this thesis raises the need to begin a new dialogue in the practice of landscape architecture: How do we design for disappearance and loss in the face of climate change? And can the experience of loss, mediated through art, memorial and landscape, shape new relationships with the natural world?

Read the full thesis


Navigating Loss and Damage: creating space for ecological grief in the participatory climate adaptation planning process , Quinn Howard, candidat à la MAP, Université de Guelph / Bourse : 2000 $

Le paysage climatique canadien est en train de changer. La température moyenne annuelle dans l’ensemble du Canada a augmenté d’environ 1,7 °C, ce qui a eu des répercussions généralisées et en cascade sur les systèmes naturels et humains. Étant donné que les effets du réchauffement devraient s’intensifier au fil du temps, les forces du changement climatique entraîneront des pertes, des dommages et des perturbations considérables au cours des 20 prochaines années, particulièrement dans les latitudes nordiques et les collectivités côtières. Ces pertes ne seront pas des expériences neutres et auront des conséquences émotionnelles pour les collectivités où elles se produisent.

Au Canada, la négociation de ces pertes se fera de façon très concrète grâce aux processus de planification et de conception de l’adaptation, plaçant les professionnels du paysage directement face à ce travail et à ses émotions enchevêtrées. Cette recherche répond directement à ce paradigme émergent en intégrant des concepts issus de la littérature sur le deuil écologique dans le processus de planification de l’adaptation au climat. À l’aide d’une analyse documentaire et d’une analyse documentaire ciblée, deux documents - la planification de l’adaptation et le deuil écologique - sont analysés. Ensuite, en utilisant une méthodologie de systèmes mous et un logiciel de modélisation conceptuelle de l’EVI, une image riche du processus de planification de l’adaptation axée sur le deuil est développée. Cette image est ensuite développée en une boîte à outils pour les praticiens, en commençant le travail d’intégration du deuil écologique dans le processus de planification de l’adaptation. Au-delà de cela, cette thèse soulève la nécessité d’entamer un nouveau dialogue dans la pratique de l’architecture paysagère : Comment concevoir la disparition et la perte face au changement climatique ? Et l’expérience de la perte, médiatisée par l’art, le mémorial et le paysage, peut-elle façonner de nouvelles relations avec le monde naturel? 

Lire la thèse complète